fbpx

Un enfant débarque avec deux grenades dans une école primaire de Waterloo: les démineurs ont dû intervenir sur place

Un enfant a été trouvé en possession de deux grenades dans l’enceinte de l’école primaire. Avertie, la police locale de Waterloo n’a voulu prendre aucun risque et a établi un périmètre de sécurité limité dans l’établissement scolaire avant… d’évacuer les deux grenades dans son véhicule. L’intervention du Service d’enlèvement et de destruction d’engins explosifs de la Défence (SEDEE) d’Oud-Heverlee a été demandée.

Consigne : s’éloigner des fenêtres

Entre-temps, les policiers ont fait le tour du quartier pour demander aux riverains de s’éloigner des fenêtres de leurs habitations par mesure de précaution. Les stewards de rue étaient également présents pour sécuriser le périmètre.

L’équipe du SEDEE est arrivée 40 minutes plus tard sur les lieux et a emporté les grenades. A 10h45, les opérations des démineurs militaires étaient terminées. Selon un témoin, il apparaît que «  les parents de l’enfant étaient au courant mais ils n’ont pas pu fournir le certificat obligatoire de démilitarisation  ».

Dédramatisation

A l’école communale du Chenois, on dédramatise les faits : «  Après coup, il s’est avéré que les grenades étaient factices. D’ailleurs, pour la police, l’incident est déjà clos.  »

Fort occupé par des réunions de haut niveau, le commissaire de Waterloo Michel Vandewalle a précisé : «  Il s’agissait in fine de grenades inoffensives. L’incident a été essentiellement généré par une communication défaillante.  »

Partager c'est aimer!

Préférences de confidentialité
Lorsque vous visitez notre site Web, celui-ci peut stocker des informations via votre navigateur à partir de services spécifiques, généralement sous forme de cookies. Ici, vous pouvez modifier vos préférences de confidentialité. Veuillez noter que le blocage de certains types de cookies peut avoir une incidence sur votre expérience sur notre site Web et sur les services que nous proposons.