fbpx

Chien abattu par la police : son maître témoigne pour la 1ère fois



La vidéo d’un molosse divaguant à L’Isle-d’Abeau (38) et abattu par la police a suscité une très grande émotion. Le maître d’Arkham revient pour la première fois sur cet évènement tragique et fait des révélations en exclusivité à la Fondation 30 Millions d’Amis.

Jeudi 18 octobre 2018, une vidéo postée sur les réseaux sociaux montre des policiers municipaux abattre un amstaff alors qu’il errait sans agressivité à l’Isle-d’Abeau, en Isère. Choqué et inconsolable après la perte injuste et brutale de son chien, Christopher se confie à 30millionsdamis.fr sur les circonstances du drame et sur ce qu’il considère comme une méprise des autorités concernant la prétendue « agressivité » de l’animal.

 

Arkham était un chien de famille : il vivait avec mes enfants

30millionsdamis.fr : Comment votre chien s’est-il retrouvé à errer dans les rues de l’Isle-d’Abeau ?

Christopher : Arkham s’est échappé de mon jardin clôturé alors que j’étais chez moi. Lorsque je m’en suis rendu compte 5 à 10 minutes plus tard, j’ai commencé à le chercher partout avec des membres de ma famille.

Pourquoi la police est-elle intervenue ?

Selon plusieurs personnes présentes sur place, Arkham aurait été voir un autre chien, sans l’agresser. Mais sa maîtresse a pris peur et a prévenu la police. Je n’en veux absolument pas à cette personne : je peux concevoir qu’elle ait eu des craintes pour son animal… Après ça, mon chien a cherché son chemin et il a vraisemblablement été heurté par une voiture. Un choc qui l’a laissé complètement hagard…

« Arkham avait les babines retroussées
en permanence depuis son opération ». © DR

Quand vous arrivez sur place, votre chien a reçu 4 balles tirées par la police municipale…

Oui. En arrivant avec ma femme et ma sœur, mon chien est couché au sol. J’ai supplié la police de l’achever d’une cinquième balle car je voyais Arkham souffrir. Ils m’ont répondu qu’ils ne pouvaient pas, qu’ils n’avaient pas le droit. Je leur ai dit : « Vous en avez bien tiré 4, pourquoi pas une 5e ? ». Devant leur refus, j’ai dû moi-même réclamer qu’on fasse appel à un vétérinaire ! Mon chien a agonisé un temps infini avant que le vétérinaire abrège finalement ses souffrances…

Le maire a déclaré dans la presse que « le chien était agressif, il montrait les dents ».

Quand il était petit, mon chien a été attaqué. Il a dû subir une opération de la mâchoire dont il n’est pas ressorti indemne ; j’ai des comptes rendus du vétérinaire qui le prouvent. Depuis, Arkham avait les babines retroussées en permanence ce qui pouvait malheureusement lui donner ce faux air menaçant. Et à cause de cette malformation il respirait fort… Face aux policiers, il n’a ni grogné ni montré les dents pour mordre, il avait une attitude tout à fait normale !



 

C’est une opération des babines qui malheureusement lui donnait ce faux air menaçant.

La police vous reproche de ne pas l’avoir déclaré à la mairie, conformément à la législation pour un chien de 2e catégorie

J’ai acheté mon chien chez un éleveur, c’est un chien de race et j’ai tous ses papiers ! Pour moi, ce n’est absolument pas un chien de combat : c’est un chien de famille. Arkham vivait avec mes enfants et tous mes amis sont venus nous voir avec leurs propres enfants. Il avait donc l’habitude d’être en leur présence… Et dans mon voisinage, tout le monde le connaissait

Quelles suites pensez-vous donner à cette histoire ?

La police me dit que je risque de la prison et m’accuse de m’être servi de mon chien comme d’une « arme par destination ». Mais je ne laisserai pas passer : je compte déposer plainte.

Vote pour cette page

Partager c'est aimer!



Source :

Source