fbpx

Attentat de Strasbourg: 3 morts, 8 blessés graves, la traque au tueur continue

L’homme âgé de 29 ans est fiché « S ». Il semble qu’il devait être interpellé par la police mardi matin. Il est bien connu des justices française et allemande et a été condamné à de multiples reprises.

Plusieurs centaines de membres forces de sécurité étaient mobilisées dans la nuit de mardi à mercredi pour tenter de retrouver l’auteur en fuite de la fusillade qui a fait au moins trois morts mardi soir sur le Marché de Noël de Strasbourg, alors que le gouvernement décidait de placer la France en « urgence attentat ». Cependant, « la motivation terroriste n’est pas encore établie », a déclaré le secrétaire d’État à l’Intérieur Laurent Nuñez, invitant à la « plus grande prudence » sur la qualification des faits.

Quelque 350 personnes, dont 100 membres de la police judiciaire, des militaires et deux hélicoptères, sont aux trousses de l’assaillant, a indiqué le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner lors d’une déclaration depuis la préfecture du Bas-Rhin à Strasbourg, où il a été dépêché par le président Emmanuel Macron.

La police allemande contrôlait mercredi plusieurs points de passage à la frontière française. Les travailleurs frontaliers étaient confrontés à un rallongement du temps de parcours jusqu’à 1h30.

Le tueur a frappé en trois points de la ville

Mardi soir, « à partir de 19h50 », le tireur a ouvert le feu et « semé la terreur » en « trois points » de Strasbourg, a déclaré M. Castaner sans dévoiler son identité.

La préfecture du Bas-Rhin a fait part d’un bilan provisoire de trois personnes décédées, 8 blessées graves et 5 blessées légers.

Blessé lors d’échange de coups de feu avec la police, il prend la fuite

« Entre 20h20 et 21h », l’assaillant a par deux fois échangé des coups de feu avec les forces de sécurité avant de s’enfuir, a encore expliqué Christophe Castaner.

Lors de ces échanges de tirs, l’assaillant a été blessé par une patrouille de soldats de l’opération Sentinelle qui sécurisent le Marché de Noël de Strasbourg, a expliqué une source policière. Selon l’état-major des armées, un soldat a été blessé légèrement à la main par ricochet d’un tir de l’assaillant. Blessé, l’assaillant a ensuite braqué un chauffeur de taxi qui a dû le véhiculer dans la ville. Ce conducteur a ensuite pris contact avec la police pour témoigner.

Partager c'est aimer!

Préférences de confidentialité
Lorsque vous visitez notre site Web, celui-ci peut stocker des informations via votre navigateur à partir de services spécifiques, généralement sous forme de cookies. Ici, vous pouvez modifier vos préférences de confidentialité. Veuillez noter que le blocage de certains types de cookies peut avoir une incidence sur votre expérience sur notre site Web et sur les services que nous proposons.